Comment la formation en continu peut-elle aider à mieux appréhender le métier d’auxiliaire de vie ?

La formation pour mettre l’humain au coeur de l'accompagnement
Comment la formation en continu peut-elle aider à mieux appréhender le métier d’auxiliaire de vie ?

Le métier d’auxiliaire de vie nécessite un réel savoir-faire et des connaissances sur la dimension humaine du métier. Pour l’acquérir, nous croyons en la formation en continu. C’est pourquoi Compani propose des formations pour engager les professionnels du « prendre soin » dans leur développement professionnel.

Des formations alliant savoir-faire et compétences sur la dimension humaine du métier pour un accompagnement de qualité

Compani, l’organisme de formation d’Alenvi a vu le jour en 2018 pour aider les professionnels du prendre soin dans leur quotidien. Quiconque ne s’improvise pas auxiliaire de vie, c’est un métier qui demande d’acquérir un réel savoir-faire et des compétences sur la dimension humaine du métier. S’il existe aujourd’hui plusieurs diplômes, le contenu est très souvent axé sur la dimension technique du métier. Les apprenants vont alors acquérir des connaissances techniques sur l’hygiène, l’alimentation ou encore les principales pathologies chez les personnes âgées. Bien évidemment, ces connaissances sont primordiales pour exercer le métier d’auxiliaire de vie mais ne sont pas suffisantes. Qu’en est-il de la création de lien avec les personnes âgées ? Ou comment réussir à gérer la complexité des situations rencontrées quand on travaille avec des personnes vulnérables ? 

Il est alors important de compléter les savoirs techniques avec une approche humaine du métier pour accompagner ses bénéficiaires avec empathie. Pour ce faire, les professionnels ont aussi besoin d’être accompagnés pour mieux gérer les difficultés inhérentes à leur métier et se sentir bien dans leur quotidien.

Pour y parvenir, Compani a imaginé des formations mêlant savoir-faire et connaissances sur la dimension humaine du métier pour développer les compétences techniques liées au métier d’auxiliaire de vie, apprendre à créer du lien avec une personne âgée, prendre du recul sur sa pratique et l’aborder avec un prisme éthique.

D’habitude on pense au bénéficiaire avant de penser à nous. Ici on se soucie de notre équilibre. Cela nous permet d’être plus sereins et de mieux accompagner nos bénéficiaires

Fabienne, auxiliaire d’envie

Par ailleurs, le diplôme n’étant pas un prérequis pour exercer, il y a un réel enjeu à former les professionnels du secteur en continu pour les aider parfois à prendre confiance en leurs compétences afin de mieux vivre leur métier. 

Des formations connectées au terrain pour monter en compétences

Les formations Compani sont construites en collaboration avec des professionnels du secteur comme MONALISA, association qui rassembles des acteurs de la société civile et des pouvoirs publics qui se mobilisent contre l’isolement des personnes âgées. Nous avons imaginé ensemble notre formation pour lutter contre l’isolement social des personnes âgée.

Nos formations sont disponibles en blended learning, c’est-à-dire une combinaison entre formation en ligne et en présentiel. Ainsi, les professionnels peuvent se former depuis leur smartphone grâce à l’application Compani puis approfondir ensuite leurs connaissances avec un formateur.

Les formations e-learning me permettent de mettre les mots et le présentiel me permet de donner les gestes

Agnès, auxiliaire de vie

Compani connecte les connaissances théoriques nécessaires à l’exercice de cette profession à des situations concrètes. Ainsi, dans chacune de nos formations on trouvera des exemples de mises en situation afin de donner les moyens aux professionnels d’appliquer ces connaissances dans leur accompagnement. Le contenu pédagogique de Compani est là pour aider les auxiliaires à gagner en autonomie. Chaque situation rencontrée par les professionnels de l’accompagnement étant différente, nos formations ne suivent pas un processus bien défini mais leur donnent les clés pour adopter la meilleure posture. C’est pourquoi, nous les aidons à se poser les bonnes questions et savoir qui mobiliser en fonction des situations. Nous n’allons pas leur dire ce qu’ils doivent faire mais plus les amener à trouver eux-mêmes la solution la plus adaptée.

Pour Ruth, auxiliaire d’envie qui vient de finir sa formation d’aide-soignante, la formation est un plus qui permet de mieux connaître, de mieux cerner et de mieux appréhender les situations. D’un bénéficiaire à l’autre, la prise en charge sera différente et il faudra agir différemment. La formation apprend à savoir agir et réagir avec un bénéficiaire ayant des troubles cognitifs. Selon elle, il faut surtout rassurer le bénéficiaire et les aidants et savoir écouter et échanger. Se former permet de prendre du recul par rapport au terrain pour pouvoir ainsi poser les bons gestes en fonction des différentes situations rencontrées par les bénéficiaires qui sont parfois à un stade sévère de leur maladie.  

Se former, c’est apprendre à se comporter. Quand on aime ce que l’on fait, alors on a la fibre pour savoir comment se comporter mais il faut savoir comment bien utiliser cette fibre et ne pas faire les mauvais gestes.

Ruth, auxiliaire d’envie

La formation pour repenser le métier d’auxiliaire de vie et créer un secteur du prendre soin

Depuis la création d’Alenvi, nous militons pour revaloriser le métier d’auxiliaire de vie. Aujourd’hui nous nous engageons pour redéfinir les métiers de l’accompagnement, en créant un secteur du prendre soin qui permet de créer du lien avant, pendant et après le soin. Les formations Compani sont aussi au service de cette conviction très forte pour définir le métier qu’on veut construire. C’est pourquoi, Compani intègre les compétences qui nous semblent essentielles pour être un professionnel du prendre soin, c’est-à-dire savoir créer du lien avec ses bénéficiaires, acquérir un savoir-faire technique et enfin les accompagner pour prendre du recul sur leur pratique et l’aborder avec un prisme éthique.

Nous croyons aussi à l’apprentissage entre pairs, d’où notre volonté de développer une communauté du prendre soin où chacun peut apporter son expérience. Ce sont ceux qui connaissent le mieux leur métier et en ce sens, ils peuvent transmettre leur savoir. Ce collectif a aussi pour but de valoriser les professionnels puisque chacun réalise qu’il possède des compétences et qu’il peut aider son collègue à monter en compétences.

Aujourd’hui, notre défi est de développer des indicateurs pour mesurer l’impact de nos formations. Ceci-dit, nous avons déjà pu observer chez Alenvi que la formation en continu permet aux « auxiliaires d’envie » (1) de prendre confiance en eux et les encourage parfois à débuter de nouvelles formations vers de nouveaux horizons professionnels comme le métier d’aide-soignant ou encore celui de conseiller aux familles.

(1) Chez Alenvi, nous proposons une nouvelle vision du métier d’auxiliaire de vie, que nous appelons “auxiliaire d’envie”